Skip to content

Jamais trop tard pour se mettre à la technologie.

La fracture numérique générationnelle est moins marquée, en partie grâce à la crise actuelle… Voyez seulement.
Isabelle Leseigneur

Tout a commencé par l’achat d’un téléphone portable. Eliane, 85 ans, voulait joindre ses enfants à tout moment et elle en a choisi un très simple, sans internet, «dont elle n’a pas besoin» a-t-elle assuré. Elle n’apprécie pas cette technologie qui retient l’attention de ses petits-enfants, et éprouverait même une certaine jalousie à son égard.

Envoyer des photos, des vidéos

Publicité

Eliane s’est pourtant laissée fléchir peu à peu en découvrant que ces appareils permettent de recevoir des photos ou des vidéos, et qu’ainsi, au lieu de se plaindre de l’absence de ses enfants, elle pourrait rester davantage en contact avec eux. Alors elle a accepté d’évoluer. «Ma fille m’a acheté ce smartphone», dit-elle en le montrant fièrement, «et elle m’a appris à me servir de WhatsApp. C’est pratique, c’est vrai, et moi aussi je peux montrer les photos de mes petits-enfants à mes copines!», ajoute-t-elle en riant. Mais Eliane en restera là, elle ne veut ni ordinateur ni tablette, elle n’en voit pas l’utilité et se considère trop âgée pour cela.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez d'un abonnement de 14 jours gratuitement.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 3.90 pour 1 mois

Et je choisis de vivre

Derrière ce film documentaire sur le deuil se trouve un producteur chrétien, courageux et résiliant. Découverte. Dossier: Faire mon deuil, mais pas toute seule

Publicité