Skip to content

Vraiment plus dépensières que les hommes?

On dit qu´une femme est dépensière quand elle s´achète un joli top alors qu´un homme qui s´achète une Porsche assouvit une passion. Spirituelles a mené l´enquête

« Si tu savais ce que je claque! Je dépense beaucoup et parfois, j’ai honte ». Lu sur un blog, cet aveu provient bien… d´un homme ! Le cliché de la gent féminine plus dépensière est tenace et vient de loin. Pourtant, une étude menée en 2006 par la Sofres auprès de mille personnes révèle que seules deux personnes sur cinq adhèrent à cette conception (41% de femmes et 37% d´hommes). La même étude met en évidence une autre image : celle de la femme prévoyante. Elles sont 82% à annoncer mettre de l´argent de côté, à égalité avec les hommes.

Cigale et fourmi
Les femmes seraient donc à la fois cigale et fourmi ? En tous cas, une chose est sûre, les femmes qui dépensent sans compter ne sont pas légion ! Une petite enquête menée par nos soins auprès d´une trentaine de personnes le confirme. Lorsqu´on leur demande comment elles gèrent leurs envies de dépenses, les femmes admettent dépenser sans culpabilité dans les limites du budget fixé. Marlène confie : « D´abord, je paie toutes les factures et après je vois ce qui me reste pour mes habits et mes loisirs ». Elles sont aussi capables d´économiser centime après centime pour acquérir ce dont elles rêvent, comme Sadia, étudiante : « Pour m´offrir un voyage en Israël, j´ai travaillé pendant mes vacances, mis de côté tout l´argent que je recevais et même vendu quelques-uns de mes bijoux. »

On ne dépense pas comme les hommes
Dans son livre consacré aux femmes et à l´argent, la romancière et essayiste Marie-Françoise Hans constate : « hommes et femmes n´ont pas le même
sens du gaspillage et du nécessaire, tout simplement parce qu´ils ne placent pas leur désir dans les mêmes lieux de prodigalité ». La majorité des femmes questionnées sur la fréquence et les montants de leurs achats non alimentaires dépensent régulièrement de petites sommes. Les hommes, eux, dépensent plutôt occasionnellement (de petites ou fortes sommes).
Cette différence s´explique par le fait que les femmes en couple gèrent souvent l´argent du foyer. De ce fait, elles fréquentent davantage les centres
commerciaux et sont donc plus susceptibles d´être tentées : accessoires de mode, petits objets de déco, les femmes s´accordent de petits cadeaux !
rien de comparable avec l´ordinateur, l´appareil photo numérique ou le bateau dont rêvent les hommes. Autre explication : les femmes aiment le
changement. « Là où un homme achète une veste à 300 euros, je préfère en acquérir dix à 30 euros », affirme Christelle, vingt-cinq ans.

Publicité

Les femmes dépensent pour faire plaisir aux autres
Qu´est-ce que les femmes achètent ? La majorité répond premièrement débourser pour des cadeaux à leurs proches. viennent ensuite les habits et les hobbies. En comparaison, la majorité des hommes admettent dépenser en premier lieu pour leurs hobbies. Les cadeaux et les vêtements arrivant
seulement ensuite !

Les émotions influencent les dépenses
C´est connu, les femmes ont tendance à dépenser plus que de coutume lorsqu´elles sont déprimées. Pour certaines, les achats sont un moyen de décompresser ou de se consoler. D´autres auront envie de se faire belles lorsqu´elles sont amoureuses. Passer un coup de fil à sa meilleure amie ou se plonger dans un film romantique peut être un autre moyen de gérer sa tristesse ou ses élans amoureux sans se ruiner ! Les hommes, pour leur part, sont moins influencés par leurs états d´âme.

Le processus aussi important que l´achat
Pour une grande partie des femmes, faire les boutiques, comparer, essayer, seule ou accompagnée, participe au plaisir de l´achat. Alors que pour un homme, c´est l´objet en lui-même qui est intéressant et courir les magasins, une perte de temps. Pour éviter que ces différences deviennent
des sujets de tensions, mieux vaut en discuter à tête reposée et faire, chacun de son côté, quelques compromis.


Gérer à deux

Notre enquête fait ressortir que les finances peuvent être un sujet de mésentente voire de disputes dans le couple. Delphine, par exemple, relate que sa frénésie d´achats, principalement vestimentaires, a provoqué plusieurs crises. Le conseiller conjugal et familial Jacques Villegas suggère d´aborder les questions d´argent pendant les fiançailles, notamment afin de déterminer si le mariage aura lieu sous le régime de la communauté ou de la séparation de biens. Tout en appelant à la transparence et à la confiance entre conjoints, le thérapeute estime que chacun d´entre eux doit bénéficier de son « jardin secret » : « Une femme doit pouvoir s´acheter une petite blouse ou le mari offrir un pot à ses potes sans en informer l´autre », précise-t-il. Certains couples fonctionnent avec un budget commun, d´autres établissent un budget pour madame et un pour monsieur. Ce qui compte, c´est de trouver un terrain d´entente et de s´y tenir.

Les familles qui adoptent

Chaque année, des milliers de couples français et suisses obtiennent le précieux agrément qui leur permet de candidater à l’adoption d’un enfant. Karen et Laurent, 27 et 28 ans, se sont lancés dans l’aventure il…

Publicité