Skip to content
Contenu sponsorisé par le SEL

Conjuguer tradition et émancipation

Tradition et émancipation sont-elles vraiment compatibles ? La question n’est pas simple. Dans une contrée de Thaïlande, Chonnipa, 13 ans, a su trouver un bel équilibre pour réaliser son rêve : devenir professeure d’anglais. Voici son parcours.
Iris Jaegle

Un avenir tout tracé ? 

À première vue, rien ne saurait différencier Chonnipa des autres filles de sa communauté. Âgée de 13 ans, elle vit avec ses parents et ses deux frères à Bang Pang Aung, au Nord de la Thaïlande. Sa famille cultive la terre pour subvenir à ses besoins.

Publicité

Appartenant au peuple Hmong, son destin semble tout tracé. Profondément ancrée dans les traditions, cette communauté définit clairement le rôle des hommes et des femmes dans la société, et ce, dès le plus jeune âge.

Une déscolarisation précoce

Si les enfants quittent souvent l’école après la 3e, les raisons de ce départ précoce diffèrent entre les garçons et les filles. Pour les filles, ce sera le mariage, l’éducation des enfants, les tâches ménagères et la création de broderies traditionnelles. Pour les garçons au contraire, ce sera l’occasion de travailler à la ferme, d’être les chefs du foyer et de pouvoir également pratiquer la polygamie en toute liberté.

De nouvelles perspectives d’avenir

Le destin de Chonnipa semblait alors tout tracé, mais c’était sans compter la présence de Compassion, avec qui le SEL collabore pour le parrainage d’enfants. La jeune fille est accueillie au centre de parrainage local. Elle découvre un tout autre monde et de nouvelles opportunités encore jamais explorées. Malgré les difficultés liées aux traditions de la communauté, la mission du centre d’accueil est claire accompagner le changement des mentalités et des pratiques qui empêchent la nouvelle génération d’avancer, et en particulier les jeunes filles. Dans cette perspective, les centres cherchent à équiper et soutenir les bénéficiaires pour qu’ils puissent atteindre leur plein potentiel et réaliser leurs rêves. Chonnipa aimerait alors atteindre deux objectifs :

  • Être une fille modèle qui honore ses parents et ses traditions
  • Aller loin dans les études et devenir professeure d’anglais.

S’accrocher à ses rêves.

Le centre de parrainage est un lieu de repos et d’opportunité pour Chonnipa. Elle y réalise des activités en tout genre, trouve un encouragement pour développer son potentiel et poursuivre un avenir brillant. C’est également une occasion de s’amuser avec ses camarades et de redevenir enfant.

Être parrainée lui a permis de réaliser que tout était possible, notamment au niveau des études. Chonnipa aime les langues et aimerait devenir professeure d’anglais. Elle travaille dur pour réaliser son rêve.

Concilier tradition et émancipation

Conjuguer tradition et émancipation n’est pas toujours évident pour elle. Le directeur de son centre d’accueil indique que, parfois, son sens de la responsabilité familiale entre en conflit avec son désir de venir au centre.

Elle a également travaillé dur pour acquérir de nouvelles compétences. « Je suis vraiment fière de moi, car ma mère m’a tout appris, y compris comment broder moi-même une tenue traditionnelle Hmong. »

Chonnipa n’est pas seule dans ce marathon. Ses parents l’inspirent et l’encouragent. Ils sont fiers de leur fille et la soutiennent complètement dans son rêve professionnel. À leurs côtés, le personnel du centre témoigne de l’importance de l’éducation des enfants, et notamment des filles. Dévoué et aimant, il l’incite à persévérer et à manifester ce potentiel que Dieu a mis en elle.

Voilà une belle source d’inspiration pour nous aussi ! 

Cliquez ici pour en savoir plus sur le parrainage d’enfants avec le SEL.

Le nouveau SpirituElles est là !

Vous pouvez le commander en ligne en version papier dans votre boîte aux lettres ou vous abonnez en ligne pour consulter votre magazine directement sur www.spirituelles.info

Publicité