Skip to content

Conflits entre sœurs : inévitables, mais surmontables.

Qui n’a jamais eu de disputes avec sa sœur? Perspectives.
Dorianne Jeanneret

Les sœurs sont différentes fleurs du même jardin », paraît-il. Autrement dit, elles portent des gènes semblables, mais chacune se distingue par son parfum. Il n’est pas rare que leur relation traverse des hauts et des bas, entre rivalités et complicités, jusqu’à ce que la paix s’installe et devienne le lien qui les rapproche.

Besoin d’exister

Publicité

Dans le livre de la Genèse, Léa et Rachel sont deux sœurs jalouses et mariées au même homme. Cette situation est particulière, et leur rivalité semble reliée au besoin de chacune de « se sentir exister », exprime Philippe Abadie dans Ce que dit la Bible sur… le frère (éd. Nouvelle Cité). Léa jalouse l’affection que son mari porte à sa sœur et, de son côté, Rachel souffre de ne pas avoir d’enfant comme sa féconde sœur. Rachel décidera alors de donner sa servante à son mari, a n d’être mère de substitution. N’avons-nous jamais jalousé une chose qu’une de nos sœurs a et que nous n’aurions pas?

Prenons l’exemple de Lady Mary et Lady Edith, personnages aristocrates fictifs de la série Downton Abbey, se déroulant entre 1910 et 1927. Les deux sœurs ont, dès le début, une relation conflictuelle qui semble ne pas pouvoir se résorber. Edith est jalouse et reproche à son aînée d’attirer toute l’attention, ce qui l’amène à la trahir en révélant un scandale à son propos.

Dans le cas où un conflit semble sans issue, la thérapeute Michèle Lambin citée dans un article du Temps, propose trois étapes qui aideraient à le résoudre: « D’une part, chaque partie doit être en paix avec son passé et accepter que tout ne soit pas parfait. D’autre part, il faut reconnaître et accepter les limites de l’autre, et penser aux valeurs et au modèle qu’on souhaite transmettre à nos propres enfants. »

Parfums différents

Chaque sœur a des aptitudes et des aspirations propres, des envies et ambitions différentes. Notre identité se façonne sur la base de mêmes évènements, que nous vivons de manière personnelle. Nous pouvons alors être une force et un soutien pour l’autre.

Reprenons l’exemple de Downton Abbey, cette fois avec Lady Sybil, la sœur cadette. Cette dernière désire se marier avec le chauffeur, ce que sa famille désapprouve. Cependant, Mary et Edith soutiendront Sybil dans ses efforts pour que son mari s’intègre à la famille, même après la mort de celle- ci. Le souvenir de leur sœur encouragera Mary et Edith à devenir une meilleure version d’elles- mêmes et à se soutenir. Elles en viendront à faire la paix avec leur passé et à considérer l’autre comme une partie indissociable de leur famille.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez d'un abonnement de 14 jours gratuitement.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 3.90 pour 1 mois

À nouveau enceinte !

L’ événement tant attendu par les unes peut être source d’angoisse pour d’autres. Quelques conseils de Germaine Pomier, conseillère conjugale et familiale ainsi qu’infirmière de bloc césarienne.

Publicité