Skip to content

Joëlle Ruben – La vie à tout prix

Joëlle a grandi dans un foyer juif. Un drame personnel l’a poussée à chercher qui Dieu est réellement. Témoignage.

Née en automne 1957, à Paris, Joëlle est la cadette d’une famille de quatre enfants. Ses parents sont tous deux Juifs d’Afrique du Nord. Ils sont arrivés à Paris en 1954

avant que les événements en Algérie prennent une tournure dramatique. Ils venaient de se marier et sa mère ne se voyait pas rester à Alger où elle est née. Ils ont alors pris le bateau pour la France.

Publicité

Une enfance dans un lit d’hôpital

Deux choses que les parents de Joëlle lui disaient souvent sont restées gravées dans sa mémoire : « Nous sommes Juifs et nous attendons le Messie » et « si tu es vivante, c’est grâce à Dieu ». En effet, alors qu’elle n’avait que 15 mois, un virus a attaqué son cœur. A son arrivée à l’hôpital, elle a été placée sous respi- ration artificielle et est restée dans le coma pendant vingt jours. «Ma mère, très affectée par cette épreuve, n’arrivait même plus à s’occuper de mon grand frère. La seule chose qu’elle pouvait faire était prier son Dieu, le Dieu d’Israël », raconte Joëlle.

La petite fille souffrait de myocardite aiguë, mala- die rare à cette époque. Sur les trois enfants hospi- talisés pour cette maladie, elle est la seule à avoir survécu… après plusieurs années à l’hôpital. A l’âge de neuf ans, elle a enfin pu réintégrer la maison familiale et reprendre le cours d’une vie «normale».

« Celle-ci était partagée entre la musique, la famille et les fêtes que nous pratiquions selon les saisons », se souvient-elle.

« Juifs par tradition, nous n’allions pas régulièrement à la synagogue. Toutefois mes parents tenaient à célébrer Roch Hachana, Yom Kippour, Hanukkah et Pessah. Des fêtes qui ont ponctué ma vie année après année avec le même enthousiasme. »

Une rencontre bouleversante

A l’âge de 24 ans, Joëlle a quitté la maison pour s’ins- taller seule. « La rencontre d’un jeune homme a boule- versé ma vie et lorsque notre histoire s’est arrêtée, la souffrance qui en a découlé m’a poussée à crier au secours ». Dans sa peine, la jeune femme a entendu une voix lui murmurer : « Ne t’inquiète pas ». « De façon inexplicable, un immense poids a quitté mes épaules. C’était le calme après la tempête. Le Saint- Esprit, l’Esprit de Dieu était là. Cette nuit-là, j’ai bien dormi pour la première fois depuis très longtemps. »

«Maintenant je sais où je veux aller»

A partir de ce jour, Joëlle s’est mise à lire la Bible tous les soirs. « Je voulais savoir ce qu’elle disait. En commençant par le livre de la Genèse, j’ai découvert la vie de mes ancêtres. » Son ex, avec lequel elle était restée en contact, lui a un jour envoyé une lettre dans laquelle il l’encourageait à trouver une Eglise évan- gélique. « Après de nombreuses hésitations et trem- blant de peur, je me suis rendue à l’Eglise. Ce que j’y ai appris m’a prouvé que j’étais sur le bon chemin. J’assistais à toutes les réunions, je lisais chaque jour ma Bible et je priais longuement. »

Dans le même temps, Joëlle est allée consulter un rabbin pour qu’il lui explique certains passages, mais « l’entretien a été un échec. Il a été incapable de me donner des explications claires », se souvient-elle.

Reniée mais non découragée

« Un jour, je suis allée manger chez mes parents et j’ai souhaité bénir le repas ». Son père lui a immédiatement lancé au visage : « Je te renie ! ». Le dialogue a été impossible et Joëlle est rentrée chez elle attristée mais déterminée à continuer son chemin.

C’est alors qu’elle a décidé de quitter son travail pour se lancer dans une formation biblique : « Ces deux années ont été transformatrices. J’avais enfin découvert le sens de ma vie. Je savais désormais que l’es- sentiel se trouvait dans la rencontre personnelle avec Dieu qui nous aime au point de mourir comme un malfaiteur, lui qu’on appelait le

“Roi des Juifs”. »

Un message pour tous

Joëlle s’est ensuite engagée dans une association dont le but était de partager la foi en Jésus, le Messie, avec des personnes de confession juive. « J’ai fait des rencontres étonnantes », témoigne-t-elle.
Joëlle est désormais convaincue d’une chose: « Que ces Juifs viennent d’Egypte, d’Iran, d’Algérie, de Tunisie, de Pologne, de Russie ou de France, ils ont le droit de savoir que Jésus est le Messie qu’ils attendent ! Et qu’en lisant toute la Bible, ils peuvent découvrir petit à petit le dessein de Dieu. »

« L’Ancien Testament nous annonce la venue du Messie
et le Nouveau Testament
nous met face-à-face avec
lui. Il est là, parmi son peuple, enseignant et révélant l’amour de Dieu, sa compassion, son pardon pour chacun d’entre nous, sans exception. »

Joëlle Ruben, fondatrice de l’association Visiteurs sans frontières.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 4.30 pour 1 mois

Abonnement SpirituElles Web 3 ans - NE PLUS UTILISER

CHF 59.00
Accès à tout le contenu digital

Abonnement SpirituElles Web 2 ans

CHF 39.00
Accès à tout le contenu digital pendant 2 ans

Publicité