Skip to content

L’espérance des Tziganes de Hongrie

© DR
Dans le numéro précédent de SpirituElles, Anlo Piquet nous a fait découvrir la genèse de l’engagement d’Emöke Both. Dans ce second volet, place aux perspectives d’avenir, car qui dit femme courageuse dit aussi femme inspirante...
Anlo Piquet

Quand elle reçoit le prix de la femme la plus courageuse en 2016, la Hongroise Emöke Both est très surprise. Parmi les critères d’obtention du prix: risquer sa vie ou sa réputation sociale, faire évoluer les mentalités, changer le monde à sa manière.
Plus l’entretien avance et plus je suis convaincue que elle méritait bien ce prix. Nous sommes dans le bureau de l’ONG qu’Emöke a fondée, BAGàzs. En fait de bureau, il s’agit d’un container de vingt-cinq mètres carrés posé en bordure de la zone de non-droit de Bag, où quelques trois cent soixante Tziganes vivent dans des maisons délabrées, ignorés des municipalités hongroises alentour….

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 4.30 pour 1 mois

Abonnement SpirituElles Web 3 ans

CHF 59.00
Accès à tout le contenu digital

Abonnement SpirituElles Web 2 ans

CHF 39.00
Accès à tout le contenu digital pendant 2 ans

Publicité