Skip to content

Transmettre l’espoir au Tchad.

Engagée depuis bientôt un quart de siècle dans ce pays d’Afrique Centrale, Agathe Burrus continue à servir un peuple en quête spirituelle.
Alexia Huet

Il n’est pas facile d’habiter dans ce pays dont la moitié de la surface est occupée par le désert du Sahara. La température atteint facilement les 40°C et la corruption est largement présente. Cette dernière n’aide d’ailleurs pas les jeunes Tchadiens à trouver leur place dans la société. En effet, même avec un diplôme en poche, les postes sont généralement accordés en fonction du nom ou de l’ethnie.

C’est dans ce contexte que l’école Pro Radja a été créée; «radja» signifie «espoir». «Je vois ceux qui ne sont pas chrétiens et qui n’ont pas l’espérance venant de Dieu. Il est difficile pour eux de tenir; ils deviennent vite désabusés et beaucoup sombrent dans l’alcool à cause de cela», explique Agathe Burrus, missionnaire avec Pro Radja. A l’inverse, elle relève que l’espoir réside là où il y a un engagement pour Dieu.

Publicité

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 4.30 pour 1 mois

Abonnement SpirituElles Web 3 ans

CHF 59.00
Accès à tout le contenu digital

Abonnement SpirituElles Web 2 ans

CHF 39.00
Accès à tout le contenu digital pendant 2 ans

Ce qui est vrai

Je regarde, fascinée, les virevoltes des danseurs sur scène. L’homme soulève aisément sa partenaire, faisant voler sa longue robe blanche et sa chevelure épaisse. Ses yeux brillent. L’expression sur leurs visages témoigne d’une telle exaltation…

Publicité