Skip to content

Agar, une esclave valorisée par Dieu

Esclave, elle est devenue la mère d’une population nombreuse et culturellement très riche. Portrait.

En route pour l’Egypte, Abram a peur d’être tué car sa femme Saraï est très belle et fera des envieux. Il lui demande donc de se faire passer pour sa sœur. Elle s’exécute. Le Pharaon voit sa beauté. Alors il la prend pour femme et couvre Abram de cadeaux. Dieu intervient en frappant le pharaon de grandes plaies, et celui-ci renvoie Saraï (Gen. 12, 17-20). Comment Abram et sa femme vont-ils rapiécer leur vie de couple? Surtout que Madame a toujours été stérile…

A la merci de ses maîtres

Publicité

Les années passent. Abram prévoit un testament en faveur de son serviteur. De son côté, Saraï imagine un autre plan: utiliser sa servante égyptienne vraisemblablement l’un des « cadeaux » de Pharaon, comme une sorte de mère-porteuse. Abram couche donc avec Agar. Peu après, Agar s’aperçoit qu’elle est enceinte. Elle regarde alors sa maîtresse avec mépris. Saraï s’en plaint à son mari qui lui répond, sans s’émouvoir: «Ta servante est en ton pouvoir. Traite-la comme tu le jugeras bon. Alors Saraï maltraita Agar» (Gen. 16, 6).

Isolée au désert

Abram est passif. Il n’a su protéger ni Saraï, ni Agar. Amères, ces femmes s’écharpent. La servante fait les frais de la relation de couple chaotique de ses maîtres. Agar s’enfuit pour sauver sa peau. Alors Dieu inter- vient, ouvrant toujours un espace de parole: «D’où viens-tu et où vas-tu ? » Agar se garde bien de dire qu’elle a méprisé Saraï. Elle répond seulement: «Je m’enfuis loin de Saraï, ma maîtresse.» Dieu aurait pu lui faire des reproches. Mais non. Il lui dit de retour- ner chez Saraï… pour se soumettre à elle!

Bénie par Dieu

Dieu serait-il favorable à l’esclavage ? Pas du tout! Il s’adresse d’abord à la victime, signe du profond respect qu’il a envers elle. Agar n’est pas une chose, mais une personne de la même valeur que ses maîtres. Si Dieu encourage Agar à rentrer chez Saraï, c’est pour la sauver: enceinte et perdue dans le désert, elle risque de mourir! De plus, Dieu lui fait des promesses au-delà de toute espérance: «Je multiplierai ta descen- dance.» Elle sera si nombreuse qu’on ne pourra pas la compter.

Au bénéfice de promesses tenues

Peu après, Agar enfantera Ismaël dont le nom signi- fie: Dieu a entendu, «car l’Eternel t’a entendue dans ton malheur » (Gen. 16, 11). Et Ismaël donnera naissance à douze chefs de peuples (Gen. 25, 16), comme Dieu l’avait promis! Ni Saraï ni Agar n’ont eu raison de se quereller. Pourtant, Dieu a pris soin de chacune. Il a invité Agar à changer d’attitude. Il l’a réconfortée et secourue. Dans mes détresses, suis-je prête à changer, en voyant combien Dieu m’aime ?

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 4.30 pour 1 mois

Abonnement SpirituElles Web 3 ans

CHF 59.00
Accès à tout le contenu digital

Abonnement SpirituElles Web 2 ans

CHF 39.00
Accès à tout le contenu digital pendant 2 ans

Ce qui est vrai

Je regarde, fascinée, les virevoltes des danseurs sur scène. L’homme soulève aisément sa partenaire, faisant voler sa longue robe blanche et sa chevelure épaisse. Ses yeux brillent. L’expression sur leurs visages témoigne d’une telle exaltation…

Publicité