Skip to content

«Mourir à soi-même», est-ce encore d’actualité?

© iStockphoto
Cette manière biblique d’évoquer les transformations inévitables de la vie et le décentrement de soi peut rebuter. Cette notion se réfère pourtant à Jésus, dans les traces duquel les chrétiens sont invités à marcher. Elle est inévitable et glorieuse à la fois.

Dois-je renoncer à moi-même pour plaire à Dieu? L’apôtre Paul semble fier de se dire «esclave du Christ» (Ga. 1,10). Faut-il se dénigrer à ce point pour plaire à Dieu? N’avons-nous pas le droit de vivre libres? Paul semble même heureux de sa condamnation à mort: «J’ai été crucifié avec Christ» (Ga. 2,20). Dieu veut-il notre dégradation plutôt que notre épanouissement?

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Abonnement SpirituElles Web mensuel

CHF 4.30 pour 1 mois

Abonnement SpirituElles Web 3 ans

CHF 59.00
Accès à tout le contenu digital

Abonnement SpirituElles Web 2 ans

CHF 39.00
Accès à tout le contenu digital pendant 2 ans

Ce qui est vrai

Je regarde, fascinée, les virevoltes des danseurs sur scène. L’homme soulève aisément sa partenaire, faisant voler sa longue robe blanche et sa chevelure épaisse. Ses yeux brillent. L’expression sur leurs visages témoigne d’une telle exaltation…

Publicité