Skip to content

Anne ou le combat d’une mère

C’est en pleurs qu’elle a parlé à Dieu qui n’est pas resté insensible à son malheur.
Benjamin Calmant

Infertile

«Dieu a entendu» sera le nom de son fils. C’est en tout cas comme ça qu’elle le présente (1 Sam. 1,20). Lorsqu’Anne se marie, elle souhaite avoir des enfants. Mais… plus le temps passe et plus elle se décourage. Il semblerait que cela ne soit pas dans la volonté de Dieu. L’enfant tant espéré ne vient pas.

Bien des femmes aujourd’hui peuvent s’identifier à Anne. Chercher les causes de l’infertilité est naturel et justifié. Est-ce mon régime alimentaire? Mon rythme de vie? Suis-je malade? Suis-je maudite?

Le parcours des couples souhaitant faire appel à la procréation médicalement assistée (PMA) est jonché de défis et de souffrances. Les examens médicaux s’enchaînent, les tentatives aussi, et l’attente mensuelle du résultat devient pesante. Au bout du compte, les échecs sont de plus en plus douloureux.

Publicité

Attendre l’enfant qui ne vient pas

Anne en était là, à cette attente. Connaîtrait-elle un jour la joie d’une grossesse? Les femmes qu’elle côtoie ne cachent pas leur bonheur quand elles tombent enceintes. Anne aimerait se réjouir avec elles, mais cela devient de plus en plus difficile. Le pire, c’est Pennina, l’autre femme de son mari, qui, grossesse après grossesse, prend plaisir à narguer Anne et la voir souffrir.

«Suis-je maudite, mon Dieu, pourquoi moi?» Elkana, son mari, a certainement entendu plus d’une fois son épouse murmurer ces paroles entre deux sanglots.
Si les hommes ne peuvent rien pour Anne, c’est le Dieu tout-puissant qui règlera son problème.

«Je répands mon âme devant l’Eternel»

Dans son désespoir, Anne décide de mettre Dieu au défi: «Donne-moi un fils et j’en ferai un serviteur», lui supplie-t-elle. Lorsqu’elle prononce ces paroles, Anne se trouve près du sanctuaire. En proie à des émotions incontrôlables, elle ne sait pas qu’Eli, le grand prêtre, la voit et la juge! Il est persuadé qu’elle est ivre ou folle.

«Jusqu’à quand seras-tu dans l’ivresse?» lui lance-t-il. Comment ose-t-il apporter la honte sur une femme qui souffre déjà terriblement. Mais Anne ne se laisse pas abattre, elle se lève et répond avec franchise à Eli: «Je répands mon âme devant l’Eternel».

La victoire

Impressionné par son courage et sa détermination, Eli la bénit, et cela apaise Anne. Cette bénédiction est pour elle une réponse de la part de Dieu. Lorsqu’elle rentre à la maison, ce n’est plus Anne, l’épouse stérile, mais Anne, la future mère comblée par un Dieu compatissant qui a plié devant les larmes de son enfant.

Anne devient la mère du grand Samuel, prophète aimé de toute la nation. Aurait-il été un si grand prophète si sa mère ne l’avait pas dédié à Dieu? Anne a tenu parole et Dieu l’a honorée.

L’histoire d’Anne est une histoire d’espoir qui nous console dans notre malheur. Elle nous rappelle que les miracles sont parfois possibles mais surtout, qu’au-delà, Dieu nous entend, nous voit et se laisse attendrir par nos larmes. Si nos prières ne font pas l’objet de sa faveur, n’arrêtons surtout pas de venir à lui.

Thèmes liés:

Attitudes contre le harcèlement

Après minuit ou en plein jour, se faire embêter ou se sentir mal à l’aise face à un ou plusieurs hommes désobligeants ou irrespectueux est monnaie courante. Voici mes quelques astuces pour pouvoir marcher -…

Publicité